J'ai reconnu la Chine

Prix: 5 €
Référence : 05848
J ai reconnu la Chine
J ai reconnu la Chine

Auteur : Besançon Julien

Editions : Solar

1964

Edition originale

Informations complémentaires

Type de couverture

Broché

Nombre de pages

170

Dimensions

15 x 20 x 1.5 cm

Poids

350 gr

Etat

06/10

Remarques sur l'ouvrage

Dos croqué, coins cassés, état d'usage, nombreuses photos n&b

Resumé - Extrait

Vous parlez de la Chine et n'en savez rien... Cette Chine et ces 700 millions de Chinois délibérément ignorée pendant des années vient de pousser la porte et la voilà chez nous.

A chacun elle présente maintenant ses lettres de créance. Hier péril jaune... Aujourd'hui le Chinois de Pékin bondit, chante et danse sur les scènes de Paris. Il expose ses produits et viole nos demeures par la fenêtre de la télévision.

Il est là et pourtant reste toujours aussi secret. Les délégations se croisent... Hommes d'affaires ou hommes politiques. Chacun rapporte de son séjour une impression quelquefois même une opinion. Mais ils ne font qu'aiguiser davantage encore une curiosité qui nous tient depuis longtemps.

Nous avions bien interrogé, rencontré et lu les quelques privilégiés de marque qui avaient reçu le droit de franchir la Muraille. Mais depuis rien...

Si un film : « Les 55 jours de Pékin »... Rien sur ce pays qui rejetait même ses amis russes trop entreprenants. Il vivait toutes portes barricadées, ne laissant pénétrer qu'un faible courant d'air albanais.

Nous vivions ainsi pris par l'information de tous les jours mais anxieux de savoir quel jour enfin nous pourrions franchir les frontières de ce monde inconnu. Des mois durant nous ne nous lassions pas de pleurer l'aumône d'un visa à l'Ambassade de la Chine Populaire de Berne qui, elle-même, ne se lassait pas de nous conseiller de patienter. La terre chinoise demeurait interdite... Interdite tout particulièrement à des journalistes.

Julien Besançon avait sa mine triste des jours de jeûne, il attendait le courrier de Berne. Il ne venait pas, il ne vint jamais.

Heureusement arriva l'été et avec l'été, l'invitation aux voyages dont celle cachée dans un coin de journal annonçant que la Chine acceptait de laisser passer quelques touristes étrangers, des touristes mais pas de journalistes.

Des vacances en Chine, c'est tout ce que nous pouvions lui offrir, des vacances sans magnétophone, sans carte de presse. Il devait accepter de partir les mains dans les poches.

Et c'est ainsi qu'il a traversé la Chine mêlé à d'autres voyageurs, suivant docilement les explications d'un guide qui le surveillait de son œil bridé car il savait que sous l'anonyme imperméable du voyageur se cachait le reporter.

Un journaliste ne peut oublier qu'il est là pour voir et pour enregistrer.

Besançon a tout regardé, il a visité les villes et traversé les campagnes, suivi le Chinois dans sa vie de tous les jours et tout cela, il nous l'a raconté à son retour.

Un grand reporter sait évidemment voir et raconter mais il n'est pas un grand journaliste qui, en plus de son talent, n'ait avec lui cette chance indispensable qui fait qu'il arrive sur les lieux de l'événement au meilleur moment.

Julien Besançon était en Chine Populaire quelques semaines avant sa bruyante reconnaissance par la France.

C'est bien là ce qui nous rend plus attentifs encore puisque, à notre tour enfin, nous voici autorisés à le suivre.

 

 



Vous appréciez ce livre ?