Fez ou les bourgeois de l'Islam

Hors stock

Référence : 08011
Fez ou les bourgeois de l Islam
Fez ou les bourgeois de l Islam

Auteur : Tharaud Jean

Auteur : Tharaud Jérôme

Editions : Plon

22/04/1930

Edition originale

Collections :

Informations complémentaires

Genre

Type de couverture

Broché

Nombre de pages

292

Dimensions

12 x 18.5 x 2 cm

Poids

220 gr

Etat

07/10

Remarques sur l'ouvrage

Etat d'usage, papier jauni, coins cassés

Resumé - Extrait

Un jour d'entre les jours, dans la montagne du Zerhoun, couverte alors comme aujourd'hui d'oliviers et de chênes verts, deux voyageurs allaient à pied de compagnie. L'un s'appelait Idris, et descendait du Prophète par Fatime et Ali ; l'autre, Rachid, était son serviteur. Des deux, lequel était le maître? Qui aurait pu le dire à leur mine? Le manteau de grosse laine brune, relevé sur les cuisses pour faciliter la marche, donne à tous les gens de là-bas le même air de noblesse, et une disposition naturelle à la race fait que le serviteur a le plus naturellement du monde les façons de son maître.

Ils arrivaient de loin, chassés par la fatalité qui, depuis tantôt deux siècles que le Prophète était mort, s'acharnait sur les descendants d'Ali. Des dix frères qu'avait cet Idris, trois venaient de perdre la vie en combattant le Calife de Bagdad, qu'ils refusaient de reconnaître pour le conducteur légitime de la Communauté des Croyants ; deux autres se cachaient aux deux bouts de l'Islam, à Tlemcen et à Bassorah ; un sixième était mort empoisonné ; et lui, Idris, le plus jeune de tous, il venait chercher un refuge dans le Moghreb el Aksa, peuplé en ce temps-là d'idolâtres, de chrétiens et de juifs, mais où déjà quelques tribus connaissaient la vérité du Prophète.

Les voyageurs approchaient de Oualili. C'était un gros village entouré de murailles, bâti au flanc d'une colline, près d'une grande ville morte, dont on voyait encore les pierres gisantes sur le sol. Les Romains, autrefois, avaient bâti là une ville, qu'ils appelaient Volubilis, mois ce n'était plus depuis longtemps qu'un amas de ruines dans l'herbe. Toutes les choses sont passagères, il n'y a que Dieu qui soit éternel...



Vous appréciez ce livre ?