Francis Bacon 1909-1992

Prix: 5 €
Référence : 07505
Francis Bacon 1909 1992
Francis Bacon 1909 1992

Auteur : Ficacci Luigi

Editions : Taschen

2007

Collections :

N° 14

Informations complémentaires

ISBN :

3836501262

EAN :

9783836501262

Genre

Art

Type de couverture

-

Nombre de pages

96

Dimensions

18.5 x 23 x 0.8 cm

Poids

340 gr

Etat

09/10

Resumé - Extrait

Aucun artiste du vingtième siècle n'aura su exprimer mieux que Bacon, dans sa peinture, la tragédie de l'existence de manière si patente. Ce terme n'englobe ni l'aspect dramatique d'une forme abstraite de la vie humaine, ni la représentation d'un événement accidentel pouvant survenir au cours d'une vie mais plutôt le sentiment profond et difficilement représentable de l'être, individuel et intime. La représentation de ce sentiment du vécu se fait toujours pour Bacon de maniè­re violemment tragique. Ce sens tragique de l'être qui n'est pas commun à toute civilisation mais spécifique à l'homme vivant en Europe à l'époque moderne, Bacon l'interprète de manière si concrète, si pénétrante, si véridique, qu'il parvient à le transformer en une réalité immanente, bouleversante. A fortiori, le côté objectif de la vie est, pour lui, une apparence que seule la pratique de la peinture peut transformer en donnée actuelle et évidente. C'est dans le caractère concret de l'œuvre, dans son caractère intemporel, que le drame d'une existence subjective particulière s'inscrit dans la dimension de la tragédie. Cette interprétation des sentiments liés à la vie de tout être humain, mélange d'énergie explosive et de désespoir, extrême jusqu'à l'hystérie, est beaucoup plus vraie qu'une quelconque représentation réaliste. Par sa totale subjectivité, elle va au plus profond de l'intime sensibilité de l'observateur. Si l'œuvre de Bacon acquiert une place de plus en plus importante au sein de l'art du vingtième siècle, c'est qu'elle n'a rien de réaliste, dans le sens où elle n'est pas liée à la représentation particulière d'apparences ou d'épisodes relatifs à une situation réelle donnée. Elle trouve pourtant son origine exclusive dans la vie réelle expérimentée sous sa forme la plus empi­rique; la réalité du fait advenu se manifeste dans la réalité du fait artistique, en matérialisant une forme. Avec la force et la résonance profonde de l'expression, la peinture de Bacon va extrêmement loin dans sa démarche visant à comprendre la nature humaine, le fonctionnement de son enveloppe physique, la manifestation de ses sens. Bacon peint en se servant de sa propre vie. Vivre, pour lui, consiste en l'usage de ses cinq sens et de l'ensemble de ses forces ; la vue n'occupe plus cette place prépondérante qui, comme l'intellect rationnel, se perd alors dans le flou qui résulte de l'action simultanée des sens. Pour atteindre cette image et essayer de capter une partie de cette indistinction qu'il peut, au moyen d'une forme, faire devenir réalité, Bacon suit un parcours erratique, hasardeux voire vraiment risqué. Fruit du hasard, chaque œuvre au moment de son exécution peut réussir ou bien rater. ..



Vous appréciez ce livre ?