Jusqu'à ce que je meure

Prix: 8 €
Référence : 06729
Jusqu à ce que je meure
Jusqu à ce que je meure

Auteur : Gillette Alain

Auteur : Salinger Pierre

Préface

1969

Edition originale

Informations complémentaires

Genre

Type de couverture

Broché à rabats

Nombre de pages

189

Dimensions

14 x 21.5 x 1.7 cm

Poids

280 gr

Etat

09/10

Remarques sur l'ouvrage

Service de presse, ouvrage sur JF Kennedy

Resumé - Extrait

Un matin de juin 1968, les auditeurs d'Europe N° 1 apprennent que Robert Kennedy a été abattu. Un quart d'heure après l'attentat, un journaliste des Informations Dieppoises, Alain Gillette, donne en direct de Los Angeles les premiers détails. A quelques mètres de lui, Robert Kennedy est étendu, sans connaissance. Il mourra vingt-cinq heures après. Alain Gillette a repris notes, films et documents, pour écrire ce récit. Le thème lui est familier: il se trouvait aussi aux États-Unis, lorsque le Président John F. Kennedy fut assassiné.

Jusqu'à ce que je meure n'est pas une analyse sociologique ou politique, ni un roman. C'est le simple récit de la disparition d'un des héros de l'Amérique contemporaine, d'un des plus brillants, des plus riches en promesses parmi les hommes politiques de l'après-guerre. C'est le récit de la mise en scène dépouillée, spontanée, de la fin de celui qui répétait souvent une phrase de Bernard Shaw :

certains voient les choses comme elles sont, et disent, pourquoi?

je rêve de choses qui ne furent jamais, et je dis, pourquoi pas?

En France, l'homme de la rue a peut-être du mal à comprendre ce que la mort de Robert Kennedy signifie pour lui. Peut-être ce livre d'Alain Gillette l'y aidera-t-il un peu. Dans notre monde, aux relations internationales toujours plus enchevêtrées, la perte d'un seul chef jeune et brillant, quelle que soit sa nationalité, est une tragédie pour tous. Dans un temps où l'idéalisme est rare, où le doute est grand quant à la capacité de l'homme à contrôler son propre destin, où le scepti­cisme est général quant à l'efficacité des gouvernements et de la politique, la perte d'un seul être humain est une tragédie pour l'humanité tout entière, surtout quand cet être a prouvé qu'un seul homme peut changer le destin de tous.



Vous appréciez ce livre ?