Paul Valéry

Prix: 5 €
Référence : 09825
Paul Valéry
Paul Valéry

Auteur : Charpier Jacques

Editions : Seghers

15/05/1962

Réédition

Collections :

Informations complémentaires

Genre

Type de couverture

Broché

Nombre de pages

220

Dimensions

13 x 15.5 x 1.6 cm

Poids

180 gr

Etat

06/10

Remarques sur l'ouvrage

Etat d'usage, ouvrage défraichi et sale,

Resumé - Extrait

Ces Pages ne se veulent d'érudition ni d'exégèse. On a plutôt songé à y décrire le mouvement d'un esprit qui, passionné de poésie, l'abandonne pour ce trop de passion dont elle l'accable — puis y revient, sur quelque sollicitation extérieure, et, le démon exorcisé, fera de cet exorcisme le thème de son œuvre. Il a paru que se laisser aller, ici, à la chronologie fût une « méthode » préférable à toute autre. Les oscillations de cet esprit, ses fuites, ses retours, ce qu'il a osé, ce dont il a voulu se démettre, ce que finalement il a concilié — tout cela s'inscrit dans la durée de sa propre existence. Mais toute chronologie se fixe un terme. Ce n'est pas à sa dernière heure que nous avons laissé Valéry. C'est à ce moment où le fruit s'est détaché de l'arbre : où son œuvre poétique s'est achevée. Cela ne nous a pas contraint à limiter nos prises à ce qui fut antérieur à ce moment. Valéry a passé une partie de son œuvre à parler de ce qu'elle fut. Ces souvenirs ont été consultés. Qu'on ne s'attende pas pourtant à se faire ici une image définitive de son œuvre et de sa pensée. Mais on a tenté de préciser, dans la mesure du possible, ce choix originel et ce débat, en quoi Valéry ne se résume mais s'explique «—« et qui concerne sa poésie comme le reste. Nous avons volontiers fait usage de sa correspondance. Elle nous le montre dans le monde. Nous avons dès lors esquissé un dialogue entre ce Valéry et l'autre : le créateur solitaire et matinal qui entendait, chaque jour, être, pour ce jour, quelqu'un de nouveau, de pur — un Adam sans histoire. Le premier nous dévoile son existence ; le second l'essence à laquelle il aspire. Cette distinction, certes, n'est que formelle, mais nous avons voulu, rapidement et comme par éclairs, y faire voir les deux Valéry. « Je me sais détesté, a-t-il dit, je me suis adoré ; — puis nous avons vieilli ensemble. » Une poésie est née de cette haine et de cet amour : c'est d'elle surtout qu'il sera question ici.



Vous appréciez ce livre ?