Village interdit

Prix: 5 €
Référence : 09354
Village interdit
Village interdit

Auteur : Valuet Roger

Pseudonyme(s) : Vilard Roger

Editions : Porte St Martin

1953

Collections :

Informations complémentaires

Genre

Type de couverture

Broché

Nombre de pages

189

Dimensions

12 x 18.5 x 1.7 cm

Poids

180 gr

Etat

06/10

Remarques sur l'ouvrage

Etat d'usage, bords de couverture élimés, coins cassés, gauche, dernier plat sale, plis de lecture, papier jauni

Resumé - Extrait

Parce qu'il se trouvait alors debout devant un fichier métallique, dont la masse vert foncé tranchait sur le blanc du mur, et qu'il était absorbé à chercher une note dans l'un des tiroirs ouverts, Walter Von Neurdebach ne put appuyer sur le signal d'alarme.

On avait tout prévu à Glauquenberg, ou du moins presque tout ; le secret était bien gardé et les mesures de sécurité ne manquaient pas. Ainsi un bouton bien dissimulé sous le rebord du bureau permettait à Von Neurde­bach d'alerter le poste de garde qui aussitôt, accourait.

Bien sûr, il n'y avait qu'un geste à faire, un simple geste, mais encore eut-il fallu que lorsque cet étranger grand et mince, vêtu d'un uniforme étriqué, entra revolver au poing, Von Neurdebach eut été assis dans son fauteuil.
Sans un mot, mais braquant son arme d'une façon éloquente, l'inconnu s'approcha du bureau. Il paraissait avare de ses mouvements et son visage étroit où les pommettes dessinaient deux curieux petits ronds rouges, ne trahissait pas d'émotion.
Précis, rapide, il examina les papiers sur lesquels le savant avait jeté quelques notes, les empocha et après cela, un à un, méthodiquement, il fouilla les différents tiroirs.
Von Neurdebach semblait hypnotisé par le petit trou noir du revolver ; il ne pouvait en détacher les yeux. Ce fut seulement lorsqu'il Vil un pas en direction de la porte que, pour la première fois, l'inconnu parla :
—    Je n'hésiterai pas. Vous comprenez ce que je risque.
La voix était sèche, l'ordre qu'elle intimait n'avait pas besoin d'être répété, car on saisissait tout de suite qu'il n'était pas vain et Von Neurdebach s'en rendit si bien compte qu'instantanément il se figea et qu'il leva un peu plus haut les bras. Pourtant, il répondit :
—    Vous êtes fou, vous savez bien que vous ne sortirez pas d'ici vivant.
—    C'est possible, mais l'aventure méritait quand même d'être tentée.
Malgré lui, le savant admirait cet homme qui avait réussi ce tour de force d'arriver jusqu'à lui. Le calme, le sang-froid de l'inconnu le déconcertaient, d'autant plus que Von Veurdebàch était un faible, un timoré pour qui rien d'autre ne comptait que ses travaux. Vous allez être fouillé en sortant...
 



Vous appréciez ce livre ?